Selon cette enquête, 80 % des Français sont favorables à la constitution du Fichier des Véhicules Assurés (FVA) en vue de lutter contre la conduite sans assurance. Pour autant, seul un tiers des Français sait qu’une part de sa prime est reversée au FGAO (Fond de Garantie des Assurances Obligatoires de dommages),qui indemnise les victimes d’accidents de la circulation provoqués par des personnes non assurées ou non identifiées.

Dès le 1er janvier 2019, la France rejoindra l’Allemagne, le Royaume-Uni, l’Espagne et la Belgique parmi les Etats disposant d’un Fichier des Véhicules Assurés (FVA) dont la vocation est de suivre notamment l’identification des véhicules en défaut d’assurance.

En France, il sera alimenté principalement par les assureurs. Les forces de l’ordre y auront également accès afin de mieux lutter contre le défaut d’assurance. Le FVA complètera l’amendement voté par les députés, qui vise à augmenter la participation des assureurs au FGAO. Cette contribution va se répercuter directement sur le montant des primes d’assurances auto des Français. Dans ce contexte, le comparateur LeLynx.fr, a interrogé les Français sur ces nouveaux dispositifs, en collaboration avec CSA.

Il apparait à travers cette enquête que les jeunes restent les plus concernés par la conduite sans assurance. Pour rappel : la souscription d'un contrat d'assurance automobile reste obligatoire pour tout propriétaire d'un véhicule. Or, selon l’observatoire national interministériel de la sécurité routière (ONISR), 700000 personnes rouleraient quand même sans assurance. Parmi les concernés, de nombreux jeunes : ils y a ainsi près de 60% des responsables d’accident roulant sans assurance à avoir moins de 35 ans ; 27% ont moins de 25 ans (source : FGAO).

Padoxalement, ce sujet ne préoccupe pourtant pas spécialement les moins de 35 ans, qui sont seulement 34% à considérer la lutte contre la conduite sans assurance comme une priorité ; contre75% pour les plus de 50 ans. A ce propos, Martin Coriat, Directeur Général de LeLynx.fr confirme : "les jeunes sont clairement sur-représentés dans la conduite sans assurance. Cela s’explique par deux raisons principales : d’une part, la complexité des offres, et d’autre part, le montant de la prime d’assurance, très élevé pour une population qui n’est est-il suffisant pour lutter contre la conduite sans assurance."
 

Méthodologie : Etude quantitative réalisée par CSA en octobre 2018 via le web sur un échantillon de 1001 répondants représentatif de la population française âgée de 18 ans ou plus.

Emmanuel Mayega