Avant la remise du rapport sur l’intelligence artificielle à Emmanuel Macron par le Député Cédric Villani, AGCS, entité d’Allianz centrée sur les grands risques industriels, a publié ses propres observations : l’occasion d’acter les grandes avancées que cette technologie introduit tout en soulignant les perturbations et pertes de grande ampleur qu’elle peut occasionner.

Au moment où l’Intelligence Artificielle (IA) fait une forte percée dans toute l’économie (les agents conversationnels se multiplient, tout comme les véhicules autonomes qui annoncent une nouvelle ère marquée également par des machines connectées), les entreprises engrangent des atouts multiples parmi lesquels l’augmentation de l’efficacité, la diminution des tâches répétitives et l’amélioration de l’expérience client.

Dans ce rapport intitulé « The Rise of Artificial Intelligence : Future Outlook and Emerging Risks, Allianz Global Corporate & Specialty (AGCS) », où l’IA est appelée apprentissage automatique, un programme capable de penser et d’apprendre comme un être humain, Michael Bruch, directeur des tendances émergentes chez AGCS, estime que cette technologie « (…) engendre des bénéfices et des risques dans de nombreux domaines : économie, politique, mobilité, santé, défense et environnement. Des stratégies de gestion active du risque seront nécessaires pour optimiser les bénéfices nets de l’introduction à grande échelle des applications d’IA avancées dans la société. » Il rappelle qu’il existe des formes élémentaires ou « faibles » d’IA qui peuvent réaliser des tâches spécifiques, mais les générations futures des applications dites « fortes » seront capables de résoudre des problèmes difficiles et d’exécuter des opérations complexes. Par l’intermédiaire d’agents conversationnels qui offrent des conseils financiers ou de machines qui aident les médecins à diagnostiquer des cancers, l’IA forte permet aussi de commander les véhicules autonomes, qui pourraient réduire de 90 % le nombre d’accidents, de mieux prévoir les conditions météorologiques, de traiter des opérations financières ou encore de surveiller ou faire fonctionner des machines industrielles. Pour autant, ces bénéfices potentiels s’accompagnent de d’aléas et notamment les cyber-risques.
Emmanuel Mayega

Autres articles du dossier

Innovation

XL Catlin poursuit son développement dans l’intelligence artificielle

10/10/17

L’assureur, qui avait recruté en juillet dernier un spécialiste, Ashish Umre,...

Lire plus

Innovation

Groupama multiplie ses actions en matière d’open innovation en participant à Techstars de Paris

29/03/17

Accompagner de jeunes pousses pour une levée gagnante de 3 Md€ : l’assureur...

Lire plus

Assurances de personnes

​Le gouvernement va créer un laboratoire d’exploitation des données de santé

22/06/18

Suite à la remise, fin mars, d’un rapport sur l’intelligence artificielle...

Lire plus

Innovation

Intelligence artificielle : au Japon la technologie remplace l’humain

4/01/17

Alors que les « robo-advisors » ont déjà commencé...

Lire plus

Voir le dossier complet