Avec un chiffre d’affaires multiplié par deux entre 2017 et 2018 et qui a atteint 21,4 M€ à la fin de l’année dernière, SPVie Assurances démontre une santé effrontée. Le courtier grossiste n’entend pas s’en contenter et a plusieurs cordes à son arc en vue d’accélérer sa croissance organique et peut-être aussi d’aller vers la croissance externe.

En 2018, les assurances de personnes ont compté pour 76,19 % du chiffre d’affaires de SP Vie Assurances, soit 16,3 M€ et l’IARD a représenté 23,81 % (5,1 M€). En termes de clientèle, les particuliers prédominent largement dans son portefeuille car ils ramènent 86 % du chiffre d’affaires en assurances de personnes et 81 % en IARD. Au total, les 76 000 contrats gérés par SPVie Assurances ont généré une collecte de 100 M€ de primes. Selon Cédric Pironneau, directeur général du grossiste, « Aujourd’hui, 85 % du chiffre d’affaires de SPVie Assurances est réalisé à travers la chaîne digitale. Au-delà des plateformes et des produits, si nous n’avions pas investi autant dans le digital, nous ne serions pas en mesure d’atteindre une croissance annuelle de 50 % ». Les liens humains sont aussi essentiels pour le courtier qui sillonne la France à la rencontre de ses courtiers partenaires, en leur proposant entre autres des formations DDA compatibles, et qui recrute actuellement des inspecteurs pour renforcer sa présence dans les régions.

Parmi ses projets, SPVie Assurances va franchiser sa marque afin de développer un réseau de proximité avec des conseillers qui seront à l’écoute des clients tout en pouvant s’appuyer sur des services digitaux facilement utilisables.

Après une première boutique inaugurée en avril 2018 à Paris (17ème), SPVie Assurances a ouvert l’automne dernier un second point de vente à Issy-les-Moulineaux (92) et un troisième devrait bientôt démarrer son activité. Le courtier envisage de se doter d’une soixantaine de points de vente d’ici cinq ans. En matière de e-commerce, une plateforme de souscription en ligne va être prochainement lancée, ce qui laissera la possibilité au client de choisir son mode d’interaction, entre digital ou relation directe. Concernant la gestion des contrats collectifs, un lien vient d’être établi entre la souscription et l’espace client qui apporte des facilités (espace RH où l’on peut traiter la portabilité des couvertures, les sorties de groupes, etc.). En outre, une proportion importante de TNS (commerçants, artisans,…) n’étant pas équipée en prévoyance, SP Vie Assurances va s’attacher à s’adresser à elle cette année et en 2020 à travers une offre d’Axa. Le courtier gère également les risques de la branche de la propreté et de celle de la boulangerie et souhaite élargir son aura en collectif, indiquant proposer des tarifs avantageux. Depuis janvier dernier, un portail élaboré avec le réseau de soins Santéclair lui permet d’apporter de nouveaux services en santé et prévoyance (prise de rendez-vous médicaux en ligne, téléconsultations,..).

A propos du projet d’auto-régulation en cours dans la profession du courtage d’assurances, Jérémy Sebag, président de SPVie Assurances et également président de la Chambre syndicale des courtiers d'assurances de l’Ile-de-France et de l’Ouest, a indiqué que les discussions avec le Trésor avançaient. Toutefois, certains points posent des difficultés. « L’autorégulation se fera aux conditions posées par les organisations professionnelles. Leur rôle est de défendre les intérêts des courtiers et non de les contrôler comme l’ACPR », a-t-il affirmé. Enfin, à propos de la résiliation infra-annuelle des complémentaires santé, projet en cours d’examen au Parlement, Jérémy Sebag a estimé que si elle devenait effective, elle engendrerait plusieurs problèmes, parmi lesquels une accélération de l’anti-sélection, un recul de la mutualisation et des carences techniques.
Geneviève Allaire