Pour le courtier, l’heure est au bilan, au regard des activités de l’an dernier. Il affiche un chiffre d’affaires de 496,2 millions d’euros en 2018. Soit une hausse de 6,6% par rapport à 2017.


Ces chiffres confirment sa position de leader du marché que Gras Savoye Willis Towers Watson revendique depuis 2012. L’an dernier, son chiffre d’affaires progresse de 6,6% et atteint 496,2 millions d’euros. Cette année a été l’occasion pour le courtier de se développer sur l’ensemble des métiers où il intervient. Une intervention multidisciplinaire synonyme d’aubaine par ces temps de difficultés économiques sachant que ses expertises couvrent la sphère locale mais s’étendent  à l’international, ce qui lui a permis d’engranger des parts de marché non négligeables auprès de grands comptes sur tous les types de risques.

Vert sur tous les tableaux

En IARD, l’intermédiaire a enregistré un chiffre d’affaires de 297.9 M€ l’année dernière. Pour mémoire, il couvre tous les segments de ce marché et entend se diversifier davantage à travers de nouvelles solutions d’assurance multilignes, efficaces en termes de solvabilité, et attendues par les grands clients. C’est le cas, par exemple, de la cyber-assurance, terrain où interviennent ses concurrents directs que sont le courtier AON  et autres grands distributeurs comme Bessé. Cette offre potentiellement porteuse devrait booster les activités du courtier dans les prochaines années.

Prendre en compte la transition démographique et transformer les garanties

Quid en assurance de personnes ? Gras Savoye Willis Towers Watson a également bien réagi l’an dernier avec un chiffre d’affaires 2018 de 198,3 M€, poursuivant ainsi son développement sur un marché dominé par la transition démographique qui appelle une transformation des garanties.

La diversification, axe fort, s’il en est, de la stratégie du courtier le motive à être présent sur le segment de l’affinitaire qui potentiellement présente également de réelles opportunités. Se donner les moyens de réussir sur ce marché a motivé le courtier à constituer des équipes de spécialistes et à enrichir ses expertises en la matière. Son implication dans le secteur du Sport participe de cette stratégie.

L’input digitalisation, considéré à juste titre comme facteur de la transformation sur le terrain concurrentiel de la distribution est conduite afin de moderniser l’offre et d’améliorer le parcours client tout en automatisant les process avec en toile de fond une meilleure UX. En complément, le recours à l’intelligence artificielle et aux big data participent de cette connaissance client devenue incontournable.

Revenant sur cette performances, Gilles Bénéplanc, Directeur Général de Gras Savoye Willis Towers Watson France déclare : « Tous nos métiers sont en croissance, ce qui nous permet de consolider notre position de premier plan, et d’être ainsi, dans ce monde en forte mutation, un partenaire solide de nos clients, apportant confiance et clarté pour les accompagner vers une croissance plus durable. »

A cette performance interne, vient s’ajouter une stratégie active de croissance externe. On le sait, ces dernières années, le courtier a étendu ses activités grâce aux fusions et rapprochements. Dans cette logique il a récemment mis la main sur Dero Courtage, acteur historique du courtage au Havre.

Le dernier mot revient au directeur général qui «  observe une consolidation du secteur. Nous concentrons nos opérations de croissance externe sur des secteurs ou activités qui nous donnent la possibilité de diversifier nos savoir-faire ou notre empreinte géographique.

Emmanuel Mayega