Avec 11 000 clients et 425,6 M€ de primes collectées en Europe, le groupe Sham a affiché pour l’année 2017 un résultat net de 25,7 M€, en hausse de 7,6 M€ par rapport à 2016.  Si la charge des sinistres nette continue d’augmenter, le groupe Sham est porté par son développement en Europe.

L’an dernier et au plan européen, le groupe Sham a ouvert un bureau à Dortmund, en Allemagne, et a remporté un appel d’offres pour assurer le système de santé de la Catalogne tout en poursuivant son développement en Italie. En termes de succès commerciaux pour la France, entre autres, le groupe d’hospitalisation privée Capio a choisi Sham pour l’accompagner, tout comme le groupe Bio-Access, un laboratoire d’analyses médicales.

Selon le rapport d’activité 2017 du groupe Sham, « le fait marquant de cette année 2017 est un niveau de sinistralité très élevé, qui confirme la tendance inflationniste du coût du risque qui a été constaté au fil des années ». Ainsi, la charge des sinistres (brute de réassurance) s’est établie à 362 M€ l’an dernier en intégrant les frais de règlements des sinistres. Elle était de 292 M€ en 2016, soit une hausse de 70 M€ (+ 24 %) en 2017. Dans le même temps et pour l’an dernier, la croissance des primes n’a été que de 57 M€ (+ 18 %). L’apport des primes RC provenant d’Espagne et d’Italie a redonné des couleurs à la branche responsabilité civile de Sham.  Ainsi, « la dégradation du coût du risque reste très marquée puisque, pour la première fois, le montant des sinistres bruts est supérieur aux cotisations de l’année. Cela confirme la nécessité de poursuivre l’accompagnement de nos sociétaires dans la gestion et la prévention de leurs risques », estime le groupe Sham.
Geneviève Allaire