En cette période d’érosion des taux de rendement de l’assurance vie, 85 % des détenteurs de ces produits en sont cependant plutôt satisfaits, soit une proportion stable par rapport à l’an dernier, selon une enquête* de la FAIDER rendue publique le 24 février. Mais la loi Sapin 2 soulève des craintes.
 
Selon l’étude menée pour la Fédération des Associations Indépendantes de Défense des Epargnants pour la Retraite (FAIDER), 44 % des détenteurs d’assurance vie et même 60 % de ceux ayant de très hauts revenus ont entendu parler de la loi Sapin 2, qui donne la possibilité de restreindre ou de suspendre les retraits sur ces contrats. Comme attendu, 67 % d’entre eux n’y sont pas favorables et 86 % désapprouvent le fait que les pouvoirs publics incitent les assureurs à baisser fortement les taux de rémunération de l’assurance vie.
Toutefois, plus d’un tiers des personnes interrogées envisagent d’effectuer de nouveaux versements sur leur contrat au cours de l’année et 8 % de ceux qui n’ont pas d’assurance vie ont pour projet d’en ouvrir une dans les 12 mois.

Des lacunes dans l’information
Serait-ce un effet « crise » ? Par rapport à l’édition 2016 de ce baromètre, 4 % de Français en moins déclarent thésauriser pour se constituer une épargne en 2017. Ils sont ainsi 25 % à adopter cette démarche contre 29 % l’année passée. On notera que la proportion de Français jugeant être bien informés en matière d’épargne est en recul. Ils sont 58 % à avoir cette perception en 2017 alors que 61 % exprimaient une telle opinion en 2016.

Par la voix de Jean Berthon, son président, la FAIDER a fait part de son insatisfaction face à l’application du règlement PRIIPS telle que prévue actuellement. A son avis, elle « risque de conduire à la publication d’un document trompeur incompréhensible par le client destinataire. Nous avons demandé une renégociation au gouvernement français qui paraissait y être favorable mais le parlement européen maintient son cap ».

Interpellation des candidats à la Présidentielle
Par ailleurs, dans le cadre des débats à l’élection présidentielle, l’association de défense des épargnants a adressé le 22 février quinze questions aux candidats François Fillon, Benoît Hamon, Marine Le Pen, Emmanuel Macron et Jean-Luc Mélenchon en vue de connaître leurs positions sur l’épargne et, plus spécifiquement, sur l’assurance vie.
 
Geneviève Allaire

* Enquête réalisée par OpinionWay auprès d’un échantillon de 1 007 Français âgés de 25 ans et plus selon la méthode des quotas au regard des critères de sexe, d’âge, de catégorie socio-professionnelle, de catégorie d’agglomération et de région de résidence entre le 15 décembre 2016 et le 03 janvier 2017

Autres articles du dossier

Vie syndicale

Prélèvement à la source : la CSCA reste mobilisée

13/03/17

La CSCA, accompagnée d’autres organisations de place, avait alerté le...

Lire plus

Vie syndicale

Réglementation PRIIPS : la CSCA se mobilise aux côtés de 10 autres associations

13/01/17

Faute d’accord entre les 3 Autorités de Supervision Européennes (ASE), la...

Lire plus

Voir le dossier complet