Si la concurrence fait rage sur tous les segments, la technicité reprend le dessus. Et l’ombre des contrats responsables plane sur le marché de la santé. La construction se porte mieux alors que les autres segments restent très disputés. Sur fond de digital comme facteur différenciant.
 
En ce début 2017, l’Amrae qui réunit les Risk managers chargés de gérer les risques dans l’entreprise, considère que très peu de courtiers ont changé de portefeuille. « Du fait d’un marché relativement « soft », peu d’appels d’offres en matière de courtage d’assurance ont été enregistrés sur le terrain. On a plutôt assisté à de multiples renégociations de programmes d’assurances par les courtiers », observe Alain Ronot, administrateur et trésorier de l’association. En définitive, très peu de courtiers ont donc vu leur portefeuille évoluer significativement. Jean-Christophe Rodier, Risk manager à la Cnim, note lui aussi des relations dans la durée avec les courtiers. Cette année encore, il applique cette stratégie et a privilégié une convention de courtage inscrite dans le temps. Résultats, Bessé a renouvelé ses contrats avec cet acteur pour une grande partie de ses polices : dommages aux biens, Responsabilité civile, transport, automobiles, etc.
 
Forte baisse de la matière assurable
Une réalité que confirme également Hervé Houdard, Directeur général de Siaci Saint Honoré. Pour lui, « le marché est caractérisé par une forte baisse de la matière assurable, du fait d’une conjoncture économique peu favorable. Et pour les courtiers, les fusions/acquisitions ont entraîné une baisse de cette matière. Pour autant, nous avons su tirer notre épingle du jeu avec de nouveaux contrats. En ce début 2017, nous avons enregistré des succès importants : le groupe Savencia (ex Bongrain) et EDF en dommage ; le groupe Savencia et le groupe Soufflet en auto, Vivendi en RCMS, Schneider Electric et Carrefour en transport ». 
 
Dans ce jeu des renouvellements, Aon France a, lui, annoncé avoir remporté les programmes d'assurance RC, RC Environnement, Responsabilité des Dirigeants (D&O) et Dommages aux Biens d’Elis, qui prendront effet respectivement le 30 avril et le 6 juillet 2017. Et Gras Savoye a récupéré Michelin, ainsi qu’Atos pour une partie de son portefeuille.
 
Lutte commerciale en santé
En assurance de personnes, domaine singularisé par l’ANI, les renouvellements restent impactés par l’avènement des contrats responsables. On le sait, cette disposition sera appliquée au plus tard au 1er janvier 2018, même si certaines entreprises ont fait le choix de se mettre en conformité dès le 1er janvier 2016. « Pour les entreprises qui ont opté pour une application depuis l’an dernier, on peut assister, selon les cas, à une baisse des prestations. Reste 30 % des grandes entreprises, qui ont décidé d’attendre 2018 pour se mettre en conformité. Résultat, nous avons enregistré des mouvements de grands comptes réduits en ce début d’année.  Il faudra certainement attendre 2018. Le marché se situe plutôt dans une fourchette de 5 à 6 % de croissance, surtout pour le middle market et un peu moins sur les grands comptes », explique Julien Vignoli, Directeur Général délégué de Gras Savoye, en charge des Assurances de Personnes (Santé, Prévoyance et Retraite). Au-delà de ce fait réglementaire, le segment de la santé est marqué par la volonté de contenir l’augmentation des tarifs, entraînant une lutte commerciale toujours plus forte. Les clients sont naturellement très attentifs à la qualité des services.
 
Emmanuel Mayega

Autres articles du dossier

Vie syndicale

​La CSCA-UCAMAT dans les starting-blocks !

21/06/18

Les 26 et 27 juin se tient le traditionnel Rendez-vous de l’assurance transports,...

Lire plus

En bref

Un special project manager chez Gras Savoye

28/12/16

Manon Le Bourdiec, chargée de projets à la Direction Développement du...

Lire plus

Le secteur

Aviation : le courtier spécialisé OAAGC entre dans le giron de Willis Towers Watson

20/02/17

Détenu à 40% par Gras Savoye, le courtier spécialisé en assurance...

Lire plus

Voir le dossier complet