La digitalisation est au cœur de ce chantier qui prévoit la réalisation d’un chiffre d’affaires pour le groupe de 330 M€. Ce projet stratégique intègre également un autre volet, celui de croissance externe à travers des acquisitions.

Le bilan du plan #2018 et les contours du nouveau chantier stratégique ont été présenté aux mille collaborateurs de France et de l’étranger de Verlingue par Eric Maumy, directeur général. L’occasion pour eux d’apprendre qu’entre 2016 – 2018, le groupe s’est illustré par une croissance de 40% dans l’Hexagone et en Europe. Et a réalisé un chiffre d'affaires 2018 de 166 M€, soit une hausse de 13%, ce qui correspond à un montant de primes négociées de 1,9 milliard d’euros. En fait le courtier a, cette année-là, renoué avec une croissance organique soutenue dans l’Hexagone du fait des gains de parts de marché sur le segment des Grandes Entreprises et des ETI. En somme, pendant trois années, le courtier a obtenu sa croissance grâce à une stratégie interne et deux acquisitions externes en Suisse (Advantis en 2016, S&P en 2017) et une au Royaume-Uni (ICB en 2018).

Fruit de ces croissances externes, Verlingue totalise 25% de ses revenus à l’international contre 5% en 2015. Dans le même temps, il a poursuivi son ambitieux plan de digitalisation, avec la création d’une Digital Factory à Nantes.

Quant au nouveau plan 2019 – 2022, il constitue un chantier ambitieux de transformation et de croissance. En fait, la société de courtage a choisi d’accélérer et de devenir un acteur européen des risques de l’entreprise et de la protection sociale complémentaire.

Derrière cette mutation se confine un triple enjeu stratégique à savoir notamment réinventer l’expérience client et offrir de nouveaux services disruptifs. Cela nécessite un investissement   de 40 M€ dans la transformation digitale du groupe. En toile de fond l’ouverture de nouveaux services dans l’assurance santé, la retraite, l’absentéisme, l’assurance emprunteur, les nouvelles mobilités, l’immobilier, etc.

A l’arrivée, le groupe entend développer sa croissance et notamment une expansion interne à deux chiffres en France, dans les segments historiques des ETI et des grandes entreprises que dans les spécialités (Immobilier, institutions financières, établissements de santé, sciences de la vie…).

Autre visée, Verlingue prévoit des acquisitions stratégiques sur les marchés des spécialités où les entreprises ont des risques spécifiques. D’autre part, la volonté du courtier est d’atteindre 40% de son chiffre d’affaires à l’international grâce à des acquisitions dans différents pays européens.

Du reste, Verlingue entend développer de nouveaux modes de travail et transformer son management face aux défis de transformation de ses métiers et aux nouvelles attentes des entreprises. A cette fin,  il a fortement renforcé ses équipes, ses ressources et ses moyens ces dernières années. A ce propos, Véronique Chabanis, DRH de Verlingue apporte sa précision :  « Talents first a toujours été notre devise. Recruter les meilleurs, leur donner les moyens de s'épanouir dans l'entreprise et de prendre les courants ascendants, les faire participer à de nouveaux écosystèmes de travail collaboratif, les placer au cœur du projet et des attentes est un enjeu majeur pour relever nos défis et satisfaire pleinement les nouveaux besoins de nos clients en matière de risques de l’entreprise et de protection sociale. » comme dernier mot, Eric Maumy déclare : « Verlingue a changé de dimension et de visage ces 3 dernières années et nous avons renoué avec une croissance organique soutenue. Le meilleur est à venir avec des investissements dans les talents et dans la transformation digitale pour réinventer nos modèles de service et apporter plus d’expertise à nos clients. L’acquisition de courtiers en France et en Europe contribuera à ce même objectif. C’est un projet enthousiasmant pour nos équipes qui œuvrent tous les jours à satisfaire nos clients.»
Emmanuel Mayega