Le 19 juin, la fédération des syndicats des agents généraux  (Agéa) a célébré son centenaire. Agéa fût fondée à Grenoble en 1919, puis dupliquée dans d’autres départements ou villes de France, Paris s’enrichissant d’une telle représentation, emmenée par un grenoblois, en 1923. Son âge respectable ne la freine pas dans son dynamisme : la fédération vient de lancer un chantier d’envergure ayant pour objet de refonder le métier d’agent général d’assurance. Il comprend plusieurs briques (social, fiscal ou RH). Le principal ouvrage est la création d’un MBA (Master of Business Administration) agent général entrepreneur dirigeant d’assurance avec l’IFPASS (Institut de Formation de la Profession d'Assurance). La première promotion débutera en septembre. Agéa comprend 15 syndicats de société et 12 chambres régionales qui représentent 7 300 adhérents sur les 11 500 agents généraux d’assurance que compte l’Hexagone. En un siècle, la concurrence à laquelle se sont frottés les agents généraux (mutuelles agricoles dans les années 20, mutuelles sans intermédiaires trente ans plus tard ou encore comparateurs au début de ce siècle et avènement du digital aujourd’hui) n’a pas entravé leur aura : ils sont toujours aussi incontournables.